Voile et croisière

VOYAGES

 

 

Croisières

 

 

 

ADRIATIQUE - CROATIE - Journal

 

Le journal de bord de JEAN-CLAUDE W.

 

Un peu d'histoire.

A l'origine, la région était habitée par les Illyriens, un peuple de souche indo-européenne. Elle a ensuite été occupée et colonisée par les Grecs et les Romains. C'est vers 660 après J-C qu'un peuple slave d'origine Iranienne, les Croates, participant aux grandes migrations, conquiert la région et fonde un royaume.

Celui ci subira les influences et les ambitions de la Hongrie, de la république de Venise, de la Turquie Ottomane, de l'Autriche, de la France napoléonienne, et de la Serbie.

De monarchie en régime totalitaire, de territoire rattaché à une grande puissance en république, la Croatie se retrouve fédérée en 1945 dans une Yougoslavie dominée par les Serbes. Après l'effondrement des pays de l'Est et la déclaration de souveraineté et d'indépendance, 1990 et 1991 sont des années de guerre contre l'armée yougoslave.

Reconnue au niveau international dès 1992, la République de Croatie ( HRVARSTKA REPUBLICA) finit de récupérer la totalité de ses anciens territoires en 1998. Le pays compte actuellement 4,8 millions d'habitants, en majorité catholiques, dont 1,2 dans la capitale Zagreb.

Impressions générales

La Croatie telle que nous l'avons vue à travers sa façade maritime et les villes touristiques côtières est entrée de plain pied dans l'ère Européenne. Elle semble être sous influence allemande et autrichienne ; italienne aussi par certains aspects. Les téléphones portables sonnent partout. L'informatique est présente dans de très nombreux magasins. Les jeunes circulent en piaggios. Les voitures sont souvent allemandes. La compagnie aérienne Croatia Airlines utilise des Airbus flambants neufs (en tous cas vers la France). On trouve sans problème banques, distributeurs de billets et cabines téléphoniques à carte. La monnaie est le KUNA (environ 0,9 FF) dont le LIPA est le centime.

Cependant, sur les marchés des gens de la campagne viennent vendre une dizaine de tomates, quelques "tresses" d'ail et toutes sortes d'eau de vie en bouteilles. Il en ressort que l'intérieur rural doit différer de ce que nous avons vu sur la côte. Néanmoins, l'ensemble dégage une impression de liberté et de tranquillité.

Les horaires d'ouverture de la plupart des magasins sont surprenants, de 8h jusqu'à parfois 22h.

La nourriture est de qualité variable et nous n'aurons que rarement eu l'occasion d'acheter du vrai jambon dalmate, du bon fromage ou du bon vin. Nous n'aurons pas non plus su découvrir de cuisine et de plats "régionaux". En revanche dans certaines villes très touristiques comme Hvar ou Trogir, des restaurants traditionnels servent d'excellents plats de poissons et de crustacés.

La côte....

La côte de Croatie est jalonnée de 1185 îles dont 66 habitées. Les 22 marinas de I'ACI Club (Adriatic Croatia International Club) offrent d'excellentes prestations telles qu'eau et électricité sur les pontons, douches, toilettes et wc gratuits ouverts en permanence. Une équipe technique efficace assure l'accueil dès l'entrée dans le port, guide le bateau vers une place et participe à l'amarrage.

Le prix est modulé selon la taille du navire et le nombre de personnes à bord.

On trouve aussi dans de nombreux ports, d'autres marinas, aux prestations moindres, ou des places à quai.

Quelques mots "clés"

doberdan (bonjour) ; dobre (bien) ; dobre vece (bonsoir) ; kvala (merci) ; slibovica (eau de vie de prune) ; pivo (bière)

 Dimanche 9 juillet - MURTER

L'équipage part de CdC à 12h15. Il pleut et il fait frais (18/20 degrés). Ce sont les grands départs et les avions font la queue pour prendre leur envol. L'Airbus A320 flambant neuf de Croatia Airlines décollera à 13H15 avec une heure de retard.

Petite collation servie par des hôtesses ne parlant pas un mot de français et arrivée à Split 2h30 plus tard. Le minibus Mercédês qui a été réservé à notre demande par le loueur nous attend pour nous amener 80 kilomètres plus au nord, à la marina Hramina de l'île de Murter, où se trouve notre bateau.

Le trajet se fait sous un splendide ciel bleu, avec un vent rafraîchissant et une température clémente. Nous longeons une côte très découpée, baignée de tous cotés par des eaux d'un bleu profond. Des chapelets d'îles barrent l'horizon.

Sur le petit port de Murter , un violent orage de Bora, le vent froid qui vient du nord-est par dessus les montagnes, vient de nettoyer et rafraîchir l'atmosphère durant la nuit.

Nous découvrons un bateau spacieux, à l'intérieur très cosy. La fin de l'après midi se passe avec le loueur local qui nous fait découvrir dans un vigoureux anglais "croato/allemand" les nombreux équipements qui encombrent les coffres. Il constatera un mauvais fonctionnement du chargeur de batteries qu'il remplacera sur le champ.

Premières flâneries à la terrasse du bar du port, et premières dégustations du vin blanc local.

 Lundi 10 juillet - MURTER-ZUT (I7 miIles)

Grand soleil et ciel bleu venté. Matinée au port pour faire les courses, régler les petits problèmes du bord et décider des grandes orientations de la croisière. Nous irons d'abord vers Zadar, au Nord, puis nous redescendrons d'une seule traite sur Dubrovnik, le port le plus au Sud, pour remonter ensuite par petites étapes.

Départ vers 15 h avec mer belle et vent de secteur sud, force 4 à 5. Navigation au portant entre les premières îles de l'archipel des Kornati . C'est la découverte de paysages extraordinaires. Des îles à perte de vue dont les perspectives et les éclairages se modifient au fur et à mesure de notre progression.

L'ARCHPEL DES ILES KORNATI

Arrivée à 19h45 à la marina de Papese sur l'île de Zut, faute de n'avoir pas commencé assez tôt à rechercher un mouillage correct abrité du vent du sud. Ici, les fonds descendent souvent trop rapidement pour mouiller l'ancre à proximité de la rive dans de bonnes conditions.

Nous découvrons l'accueil des "ACI marinas". Un membre du "staff" à "fière allure" attire notre attention en nous hélant et en sifflant. Il nous dirige ensuite vers un emplacement où il prépare la pendille, participe à l'amarrage, indique le fonctionnement de la marina et prend les papiers du bateau.

Un fort vent de sud / sud-est dont la marina n'est que partiellement abritée se lève en début de nuit . Notre sommeil sera agité par le clapot et les rafales, mais peut être aussi par la découverte de la slîbovica !

Mardi 11 juillet - ZUT -ZADAR (19 milles)

Au lever du jour l'atmosphère est tiède et humide (75% d'humidité) et une petite pluie fait son apparition. Vent, clapot et pluie s'arrêteront avec le retour du soleil en fin de matinée.

Départ à 15h avec soleil, mer belle, vent 0/0,5 - moteur. La hauteur de notre mat le permettant nous passons sous le pont séparant les îles ("otok") Ugljan et Pasman et continuons notre route vers Zadar entre des îles beaucoup plus boisées que celles des Kornati. L'eau est d'un splendide bleu outremer

Arrivée à Zadar à 18h, dans la marina centrale, à deux pas de la vieille ville fortifiée où nous irons visiter de nuit ses quartiers antiques ou renaissance, après un court passage nuageux avec averse. Beaucoup de flâneurs, mangeurs de glaces, et une nombreuse jeunesse locale.

Mercredi 12 juillet - ZADAR - île de KORCULA (116 milles)

Matinée ensoleillée dans la vieille ville pour courses, cartes postales, visite du marché couvert. Départ à 12h avec soleil, mer belle, vent NW force 3.

Nous repassons en sens inverse sous le pont, entre les entre les îles Uglian et Pasman, puis cap vers l'étroit passage entre les îles Dugi Otok et Kornat. Il nous ouvrira l'accès sur la mer libre de l'Adriatique afin d'entamer la navigation de nuit en direction de Dubrovnik.

Court arrêt et baignade dans ce passage splendide, dans une eau très bleue et limpide. Nous remarquons la présence de nombreux corps morts au creux de petites criques bien abritées.

Le passage vers l'ADRIATIQUE

Le soir, le ciel se retrouve gâché par l'arrivée d'un front orageux sur notre arrière droit, confirmé au loin par de nombreux éclairs. Le vent et la mer forcissent régulièrement. Il est trop tard pour rechercher un abri dans le dédale d'îlots proches mais pas suffisamment balisés.

A 22h le vent monte encore. La mer devient très forte. La grand-voile, déjà sous 2 ris, est affalée. La navigation se poursuivra au largue, sous foc seul, partiellement roulé, avec des vents de l'ordre de 40 noeuds, parmi les éclairs et les averses soufflées à l'horizontale.

La météo que nous avons prise le matin annonçait (mais comme la veille où il n'y avait rien eu), des vents possibles à 40/45 noeuds. Mais où et quand ? Sur le nord, le centre ou le sud Adriatique ? Mer libre ou intérieure ?. Chaque partie est ici spécifique.

En tous cas une chose est sure, nous sommes arrivés en pleine période de perturbation météo sur l'Adriatique avec des dépression passant sur le nord, et nous ne sommes pas dans le meilleur coin pour les éviter.

Jeudi 13 juillet - île de KORCULA - VELA LUKA

Le lever du jour nous trouve devant l'île de Vis. Le ciel se dégage rapidement, la mer se calme et le soleil revient. Mais il fais frais et nous sommes tous fatigués.

Dans la "tempête", sous toilés pour pouvoir naviguer sans perdre notre petit confort, nous n' avons pas progressé aussi rapidement que prévu et le vent, tombé, ne nous permettra pas d'atteindre raisonnablement Dubrovnik, encore à 60 milles. Nous prenons donc la décision de nous arrêter sur l'île de Korcula, au port de Vela Luka, deuxième petite ville de l'île après celle de Korcula.

Nous y arriverons à 16h au fond d'une baie magnifique, boisée et escarpée. Le port est sympathique, traditionnel (nous nous amarrerons au quai), mais la ville est toute petite sans charme particulier.

Le soir, repas désastreux dans un resto qui nous paraissait sympathique et "poissonneux" : sardines en boite, et friture saturée d'huile. A oublier, mais 554 kunas à 6 quand même.

Vendredi 14 juillet - VELA LUKA - marina de PALMIZANA (22 milles)

Départ à 10h après avoir pris la météo, canal 67, en croate/italien/anglais/lallemand. Elle annonce encore du temps perturbé, variable, avec des risques de vents à 40-45 noeuds. Mais nous avons encore du mal à situer où et quand.

En tout cas la matinée est splendide, mer plate, petit vent force 2 à 3 qui nous pousse gentiment sous le soleil vers le chapelet d'îlots devant l'île de Hvar . Nous jetterons l'ancre à 16h dans l'anse de l'île ("Otok") Marinkovac, juste le temps de nous baigner.

Au moment de repartir nous avisons le ciel qui s'est chargé dans le lointain de nuages annonçant à nouveau l'arrivée possible de mauvais temps. Nous choisissons de ne pas aller au port de Hvar, mal protégé des vents et de la mer du sud / sud-est et d'aller à la marina de Palmizana superbement protégée dans l'îlot de ST. Klement, non loin de là.

Nous constatons que d'autres plaisanciers on eu la même idée.

Le temps de s'amarrer et de se doucher, nous prenons à 18h30 une "navette" qui nous amène 20' plus tard au port de Hvar.

En reprenant la dernière navette à 22h30 on ne peut s'empêcher de regarder d'un oeil goguenard les voiliers ancrés ou amarrés au quai de Hvar et qui commencent à rouler d'un bord sur l'autre.

Un violent orage accompagné de grains volant à l'horizontale soufflera toute la nuit.

Samedi 15 juillet - PALMIZANA - MILNA

Le matin les nuages se dispersent rapidement et le soleil brille. En route vers Milna. Les premiers ris du départ sont enlevés et le bateau glisse toutes voiles dehors, sur une mer étonnamment plate.

Mouillage et baignade au ras des cailloux et c'est l'arrivée dans la verdure de la paisible baie de Milna, accueillis par le chant des cigales.

Visite de la vieille ville, longue promenade et footing sur le sentier qui longe la côte sur plusieurs kilomètres vers le nord, photos.

Nous nous mêlerons le soir à la foule qui assiste à l'inauguration (discours, choeurs, danses...) d'une stèle dont nous ne savons évidemment pas en l'honneur de qui, et ne comprenons rien aux discours. Mais cela fait du bien d'être déconnectés.

Fin de soirée sur une petite place où un "orchestre" de 3 musiciens fait danser l'assistance sur des musiques où se mêlent des sonorités grecques, mexicaines, alsaciennes ou allemandes (valses papa poum...) Tout le monde ici semble se divertir tranquillement sans fébrilité ni agressivité c'est sympa.

Dimanche 16 juillet - MILNA - SPLIT

Arrivés dans la marina de Split à 12h30. L'après midi est consacré à la visite de la vielle ville fortifiée (à 20' à pied de la marina) ancienne résidence de l'empereur romain Dioclétien, originaire de la région. Le majestueux site romain a été transformé au cours des temps par les ruelles moyenâgeuses d'où surgissent des palais à façade gothique ou renaissance...

La ville est animée, sympathique, avec une promenade de front de mer couverte de cafés/glaciers. Il y a peu de restaurants, quelques pizzerias et un MacDo !

Une importante gare maritime draine un trafic de passagers par ferries vers l'Italie et le reste du pays.

Lundi 17 juillet - SPLIT - DUBROVNIK - SPLIT, en bus

N'ayant pu descendre à la voile jusqu'à Dubrovnik, décision a été prise d'y aller depuis Split par un autre moyen de transport. Les hydroglisseurs très présents en Croatie ne desservent depuis Split que Ancone, le ferry est trop lent et cher, le train pas possible ("no train" nous a t-on dit!?) , reste le bus.

Bus :130 kunas aller-retour, 4h30 aller et autant au retour, lever à 5h pour partir à 6h15 et retour à Split à 20h30.

Le parcours sur la route côtière ne fait pas regretter cet effort. La côte est magnifique sous le soleil, la montagne se jette dans l'eau en criques, îles, presqu'îles...

Une curiosité que celle de l'interruption de l'étroite bande côtière Croate par un passage d'environ 5km qui est l'accès à la mer de la Bosnie. Quelques contrôles dans le bus à la frontière, une voiture de police marque le passage.....

Dubrovnik est une splendide ville fortifiée, au bord de l'eau. Pendant des siècles elle a su imposer une certaine autonomie de république et de liberté (une flamme de la liberté flotte partout sur les murs et les donjons) face aux empires vénitiens, ottomans, hongrois, etc..

Aujourd'hui c'est une destination très touristique (nombreux cars....), avec un festival d'été renommé. Une foule immense déambule dans l'artère principale.

Mardi 18 juillet - SPLIT - Baie de ROGOZNICA (30 milles)

La météo et le ciel sont d'accord l'anticyclone est là!

Partis à 9h40, pas un nuage, un vent évanescent de N.E. et un soleil brûlant. Vite baignade au large, moteur, valse lente du bateau sous le thermique de N.O entre les îles Drvenik, Arkandel M, Àrkandel V,..et mouillage à 18h30 dans la vaste baie de Rogoznica.

La nuit est calme malgré le petit clapot levé par la brise de beau temps de N.E qui s'établit vers 4h.

Mercredi 19 juillet - SPLIT - PRIMOSTEN - rivière de SIBENIK (25 milles)

Départ à 8h45 avec les mêmes conditions anticycloniques, mais le vent est mieux établi force 2 à 3 du nord est.

A 11h15 on fait halte à Primosten pour admirer le point de vue extraordinaire sur les dizaines de voiliers qui glissent en tous sens entre les îles. Un petit apéro, on fait le plein d'eau et on repart à l3h.  

Vers 14h la brise thermique se renforce nettement par le NO. Nous nous engageons entre l'île Zlarin et la terre, où le vent se renforce. A la sortie du passage, il s'établit à force 5 avec rafales à 6 ou 7 : le bateau sous 2 ris avec voile d'avant réduite montre ses limites au près, se vautrant en ahanant à chaque virement, et n'est pas à l'aise même sur cette eau sans clapot. 

Finalement nous choisissons de finir au moteur jusqu'au port de l'île de Prvie mais arrivés là, port et mouillage ne nous inspirent pas et nous décidons de rebrousser chemin, toujours au moteur, vers la rivière de Sibenik, mieux abritée. Nous y arriverons à l9h pour découvrir dans une anse un petit quai pour s'amarrer, face au fort défendant l'entrée de la rivière.

La nuit sera très calme.

Jeudi 20 juillet - Rivière de SIBENIK - Marina de SKRADIN (Il milles)

Départ à 9h15, le ciel est toujours grand bleu, nous remontons au moteur le courant avec un vent de face de secteur NE de force 3 à 5. La rivière est encaissée , étroite, et magnifique, et nous arriverons à Skradîn 2 heures plus tard. 

Soirée de quelques uns (pas les unes) dans une "taverne à vin". Dégustation du schnaps local à l'alcool de prune ou à l'alcool de rose, super, et, servi en 'amuse gueule", le premier vrai jambon dalmate en fines tranches, accompagné de pain délicieux, craquant à l'extérieur, brioché à l'intérieur.

Vendredi 21 juillet - SKRADIN - MURTER (31 milles)

Départ à 9h30 après une nuit paisible. Ciel toujours bleu et du vent (4-5 NE par rafales) qui nous pousse dans notre descente de la rivière et nous fait arriver à Sibenik à 11h15, où nous nous amarrons au quai, le temps de faire un tour en ville, et nous renseigner sur les horaires des bus.

De là nous allons mouiller dans le petit port de l'île de Prvic, pour une courte baignade et manger.

Repartis à 14h30 nous passons un splendide après midi de navigation, avec vent N/NE puis N/NO de force 4/5 et rafales 6/7 : la visibilité est extraordinaire, les îles se découpent dans tous les lointains.. les Kornati c'est vraiment UN MUST !

19h15: c'est fini - arnarrage à Murter

Samedi 22 juillet - MURTER - SIBENIK - TROGIR - en bus

Le vol retour Split- Paris n'étant que dimanche et le bateau étant rendu, nous décidons d'aller passer la nuit à Trogir, petite ville proche de l'aéroport et qui est classée patrimoine mondial par l'Unesco (au même titre que Dubrovnik et quelques parcs naturels de Croatie)

Le trajet en bus de l0h à 12h de Murter à Sibenik, puis de Sibenik à Trogir se déroule comme sur des roulettes et ne nous coûte que 30 kunas, y compris la taxe, personnelle nous semble-t-il, de 5 kunas que le dernier chauffeur prélève sur chaque bagage en soute c'est loin des 150 kunas déboursés par chacun à l'aller dans le minibus.

Repas au resto de la gare routière ombragé, frais, en terrasse devant un bras de mer , la nourriture est excellente et copieuse et nous en profitons. Poivrons farcis, mixed grill, frites, etc accompagnés d'un vin blanc qui nous laissera un peu fatigués l'après midi.

Après un tour dans la magnifique vieille ville, ses ruelles moyenâgeuses étroites et pavées, café sur le port

A 16h coup de chance, nous trouvons une "agence" qui nous loue trois chambres dans le pavillon d'un particulier, juste à coté de la gare routière et de la vieille ville. Le RDC est dédié à la location. Ces 3 chambres sont très propres, fraîches, et il y a même une petite SdB et un WC... pour 75 kunas par chambre.

Fin de journée en ville et au resto : Trogir étant une ville très touristique, les restos corrects abondent.

Dimanche 21 juillet

Un dernier petit tour, en particulier au marché pour acheter 25 kunas une bouteille d'alcool "local".

Puis 10' de bus de Trogir à l'aéroport et THAT'S THE END.

 

JEAN-CLAUDE